Londres 2012, des Jeux Olympiques au féminin ?

Publié: avril 20, 2012 dans Analyses
Tags:, , , , , ,

Dalma Rushdi Malhas, cavalière émérite de 20 ans, pourrait être la première Saoudienne à participer aux Jeux Olympiques. Photo DR.

Et si les Jeux de Londres marquaient un tournant dans l’histoire du sport ? Pour la première fois, tous les pays participant pourraient compter dans leur délégation…. au moins une femme. Une nouvelle pour le moins surprenante quand on sait que les premières épreuves féminines olympiques sont apparues en 1900 avec le tennis et le golf ! Pourtant, jusqu’à cet été 2012, trois pays faisaient encore figure d’exception. Le Qatar, le sultanat de Bruneï et l’Arabie Saoudite sont les trois derniers pays à n’avoir jamais envoyé de femmes aux JO.

Il aura fallu de nombreuses semaines de négociations avec le comité international olympique (CIO) et la pression d’ONG comme Human Right Watch, pour que les récalcitrants cèdent à l’appel de la mixité. Bruneï a déclaré dès février qu’il enverrait des athlètes féminines aux JO. Le Qatar, qui a reçu deux invitations de la part du CIO, devrait envoyer une sprinteuse et une nageuse. Noor Al-Malki et Nada Arkaji seront donc les premières sportives qataries à défiler lors de la cérémonie d’ouverture. Un premier pas nécessaire, surtout lorsqu’on sait que le pays souhaite organiser les Jeux de 2020.

L’Arabie Saoudite vient de leur emboîter le pas. Mardi 20 mars, dans le journal saoudien basé à Londres, Al-Hayat, le prince héritier Nayef affirmait que la participation des femmes aux JO « ne portait pas atteinte à la décence et ne contredisait pas les lois islamiques ». Pour autant, rien n’est acquis. Jeudi 5 avril, le prince héritier assurait que le royaume ne permettrait pas directement aux femmes de participer aux JO : « La participation saoudienne féminine pourrait prendre la forme de participation d’étudiantes et de résidentes à l’étranger, et notre rôle sera de les aider pour que leur contribution soit conforme à la loi islamique ». Une liste de sportives susceptibles de participer aux Jeux aurait même été établie par le Royaume. Mais concrètement, c’est la jeune Dalma Rushdi Malhas, 20 ans, qui pourrait devenir la première Saoudienne à concourir aux JO. La jeune fille, qui étudie à Londres, est une cavalière émérite. Elle est la première sportive à avoir remporté une médaille pour son pays. En 2010, lors des Jeux Olympique de la Jeunesse (JOJE), elle avait décroché la médaille de bronze en saut d’obstacles. Cette année, elle a encore jusqu’en juin pour assurer sa qualification. La jeune cavalière saoudienne, ne doit sa carrière sportive qu’à la détermination de sa mère. Cette dernière dirigeait un centre équestre en Arabie Saoudite. Elle a quitté le pays avec sa fille en 2005 pour l’Italie où Dalma a commencé les compétitions de saut d’obstacle. Sa médaille de bronze aux JOJE en 2010 est une vraie fierté : « Elle a obtenu la troisième médaille olympique de l’histoire de l’Arabie saoudite et elle est devenue un espoir pour toutes les femmes. »

Wohood Maslaha, la coureuse de Naplouse, s'entraîne dans ses collines en dépit du regard des autres.

Le sport féminin est un véritable casse-tête pour les pays arabes. Pression familiale et religieuse, manque d’infrastructures et de moyens… Les sportives sont souvent laissées de côté au Moyen-Orient. Dans un rapport de près de 50 pages, publié en février, l’ONG Human Right Watch s’attaque à l’Arabie Saoudite qui interdit tout simplement aux femmes de faire du sport. Leur enquête révèle que certaines salles de gym accueillant des femmes ont récemment été fermées, toutes les infrastructures étant réservées aux hommes. La seule solution reste les clubs privés aux frais d’inscription très élevés. Inscription qui nécessite l’autorisation du tuteur légal de chaque femme (père, mari, frère…). Pour autant, le royaume du Golfe, qui est un exemple de discrimination envers les femmes, n’est pas le seul à limiter la pratique du sport. Worood Maslaha, 20 ans, est une des athlètes qui représentera la Palestine à Londres. Avec son jogging noir, sa veste bleue et son foulard sur les cheveux, elle passerait presque inaperçue en Cisjordanie. La grande différence, c’est que la jeune femme passe son temps à courir le long des collines de Naplouse pendant son temps libre. « Les gens parlent beaucoup parce que ce n’est pas habituel de voir une femme faire du sport », confie-t-elle. Souvent considéré comme un hobby réservé aux enfants et aux adolescents, le sport n’est pas une carrière « sérieuse » et envisageable pour les femmes. « Toutes mes amies se sont mariées, ont eu des enfants, je suis la seule à avoir persévérer. »

Conséquence, cet été, les sportives du Moyen-Orient qui participeront à Londres n’auront presque jamais atteint les minimas nécessaires pour la qualification. Et ne doivent leurs participations qu’aux invitations offertes par le CIO. En mars dernier à Istanbul lors des championnats de monde indoor d’athlétisme, elles ne sont que deux à avoir atteint les finales. Aliya Saeed Mohammed pour les Emirats Arabes Unis est arrivée douzième de la finale du 3000 mètres et la Turque Asli Cakir Alptekin a obtenu la médaille de bronze au 1500 mètres. Mais au-delà des performances, pour Erika George, professeur de droit à l’université de l’Utah aux Etats-Unis, la participation des femmes aux JO dans les délégations des pays arabes comme l’Arabie Saoudite est « un véritable progrès ». « C’est un signe d’émancipation, explique-t-elle, il montre que les femmes sont capables de se prendre en main et cela va forcément changer la façon de percevoir les choses. » Alors les JO de Londres, prémices d’un printemps arabe au féminin ?

 

Coraline Salvoch

Advertisements
commentaires
  1. mohammad dit :

    Bon Courage

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s