EGYPTE / Le Blues de la Place Tahrir

Publié: janvier 24, 2012 dans Analyses, Reportages

Le 25 janvier, les Egyptiens fêtent l’anniversaire du lancement de leur révolution. C’était il y a un an, et cela semble hier, tant les égyptiens sont déçus du peu de changements entrevus depuis un an. Middle East 2.0 était sur place au Caire, il y a quelques jours, pour recueillir l’opinion des citoyens. Entre amertume et envie d’en découdre de nouveau, ils nous livrent leurs impressions.

Production Middle East 2.0 / Réalisation : C.Salvoch / Présentation : A.Pirot

Il y a un an tout juste, elle était l’emblème de la révolution égyptienne contre le régime de l’ancien président Hosni Moubarak. Douze mois plus tard, la place Tahrir est en passe de devenir le centre des désillusions. Ils ne sont, d’ailleurs plus qu’une poignée d’Egyptiens, à y camper dans des tentes insalubres. En général, des chômeurs et des familles désœuvrées, venus appâter les quelques touristes avec une tasse de thé ou un paquet de mouchoirs.  La place Tahrir est à bout de souffle. En témoigne les amas de décombres et de déchets, qui jonchent la voie. Et les trois rues adjacentes, bloquées par des gigantesques murs de bétons, résultat des dernières manifestations de novembre dernier, qui ont fait près de 17 morts et 500 blessés.  Malgré tout, certains activistes comme Magdi, continue de militer pour la révolution. « Si nous sommes là, s’exclame-t-il, c’est pour montrer au gouvernement qu’il ne faut pas nous oublier. Le changement ne fait que commencer, il faut continuer à nettoyer le pays. En finir avec l’héritage laissé par Moubarak. » Un passé encombrant, qui continue un an après, de hanter les Egyptiens.

« C’est comme si Moubarak régnait encore! »

« Peu de choses ont réellement changé, ironise Sameh, les ministres ne sont plus les mêmes, mais les sous-ministres sont identiques. C’est comme si Moubarak régnait encore. » Pire, l’armée réinstalle la peur. Beaucoup de citoyens hésitent à témoigner à visage découvert. « Nous avons coupé la tête du serpent il y a un an, mais le corps du monstre est toujours là, installé à tous les étages. Le cancer se réinstalle progressivement, conclut Sameh. » Faut-il une nouvelle révolution ? « Non, trop de sang a déjà été versé », soupire Issra,  fervente militante de la place Tahrir, en 2011. « Nous voulions des élections, nous les avons obtenues. Et même si la victoire des islamistes déçoit nombre d’entre nous, c’est la règle du jeu. Il faut désormais de la patience », plaide sans trop y croire la jeune femme. Elle envisage d’ailleurs de quitter l’Egypte pour l’Amérique du sud : « L’avenir est trop incertain ici. »  Zeinab, une de ses amies, commente : « L’armée a promis de redonner le pouvoir au peuple après l’adoption d’une nouvelle constitution. Mais là aussi, on ne se fait plus d’illusions. Notamment quand on voit le traitement réservé aux femmes et aux manifestants ces dernières semaines ».

« Le gros souci, plaide Gamal Zayda, rédacteur en chef du quotidien Al-Ahram, c’est que les partis nés après la révolution,  sont exclus du jeu politique aujourd’hui. Et ont le sentiment qu’on leur vole leur avenir. » Que feront-ils, le 25 janvier prochain, date du premier anniversaire du début du soulèvement populaire ? Beaucoup l’ignorent. Issra, quant à elle, restera chez elle. Elle prédit une « catastrophe », sûre qu’il y aura des affrontements « très violents entre manifestants et l’armée ». Une vidéo circule en tout cas sur internet en Egypte depuis plusieurs semaines, appelant à une nouvelle révolution. Un an après, l’histoire bégaye dangereusement.

Alain Pirot et Coraline Salvoch
Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s