Israël – Palestine, le sombre bilan de l’année 2011

Publié: janvier 12, 2012 dans Enquêtes, Uncategorized
Tags:

C’est un rapport qui n’a pas suscité beaucoup de lignes dans la presse internationale. La série de chiffres publiés par l’autorité israélienne est il est vrai,  quelque peu répétitive. Elle mérite néanmoins le détour. J’entends déjà certaines voix  dénoncer une partialité dans la simple évocation de ces chiffres. Plaider pour que l’on donne la voix à la partie israélienne, pour qu’elle puisse infirmer ces données. Protester contre une manipulation médiatique.  Ce sont les même voix qui publient des communiqués de l’armée israélienne, sans même vérifier le contenu ou la véracité des chiffres transmis par l’état-major de Tsahal.

PRECAUTIONS. D’emblée, nous le disons, il faudrait des dizaines de jours pour vérifier les données transmises par l’Autorité Palestinienne. Certaines informations recoupent néanmoins des chiffres publiés également par le gouvernement israélien, des statistiques enregistrées par des ONG ou fondations connues pour leur sérieux. La liste est évidemment partiale puisqu’elle ne mentionne pas les attaques commises par des groupes armés palestiniens, en Cisjordanie et à Gaza. Sur ce point, le bilan 2011 a été meurtrier du côté israélien. Notamment avec l’assassinat de cinq membres d’une même famille, à Itamar en Cisjordanie, le 11 mars 2011. Sans oublier plusieurs attaques terroristes, enregistrées simultanément dans le désert du Négev, le 18 août dernier, faisant 8 morts israéliens. A cela s’ajoute les victimes de tirs de roquettes lancées depuis la bande de Gaza… Mais il ne s’agit pas ici d’un inventaire à la Prévert. Seulement d’exposer à travers ces chiffres la frustration palestinienne. Chaque jour, nous rencontrons des Palestiniens qui ne se font plus d’illusions sur l’avenir politique de leur Etat ou sur la conclusion d’une paix. Leur seul espoir, vivre en paix tranquillement. Ce sont bien souvent les premiers à condamner les attaques lancées par les groupes palestiniens, parce que ces attaques ont pour conséquence directe de compliquer leur quotidien.

Jeudi 8 décembre 2011. L'aviation israélienne bombarde en plein centre de Gaza, une voiture. Le conducteur et son accompagnateur sont tués sur le coup. Ils préparaient selon l'armée israélienne, un attentat dans l'état hébreu. Crédit photo : Middle East 2.0 / Alain Pirot

ATTAQUES SUR LES BIENS ET LES PERSONNES. Ainsi, selon l’Autorité Palestinienne, 893 attaques ont été enregistrées en 2011 sur des Palestiniens. Bilan 9 morts et 926 blessés au sein de la population civile. A noter que l’Autorité palestinienne dissocie les morts civils et les « martyrs », tués et blessés selon la dénomination, dans la guerre avec Israël. Dans l’état hébreu, on parlera de terroristes. Toujours est-il que 118 « activistes » – le terme va me causer quelques problèmes – ont été tués en 2011 selon Ramallah. Dont 100 pour la seule bande de Gaza. A noter que sur les 893 attaques enregistrées, 372 ont été menées par des colons extrémistes.

Plus étonnant, en 2011, près de 16290 arbres, dont 11690 oliviers, ont été coupés, brûlés, empoissonnés par les forces israéliennes et des colons, selon l’Autorité palestinienne. 1112 démolitions ont été enregistrées, parmi lesquelles des maisons, des mosquées. Raison avancées par les autorités de l’état hébreu, l’absence de permis de construire ou de licences d’exploitation. Problème, comme Israël refuse bien souvent à les donner, les Palestiniens prennent souvent la décision de construire sans attendre d’autorisations. Ou comment Kafka se réinvente au quotidien sur place.

COLONISATION ET EXPANSION. Les efforts des puissances occidentales pour stopper la colonisation israélienne ont de quoi faire sourire ou pleurer, au regard des chiffres suivants. Et mieux vaut ne pas se faire d’illusions sur un retour en arrière. A la fin de l’année 2011, le gouvernement de Mahmoud Abbas enregistre ainsi 184 colonies israéliennes, 171 avant-postes, 93 bâtiments accaparés à Jérusalem-est…pour une surface dite colonisée avoisinant au total les 140 km2. Quant au mur dit de « sécurité » ou de  « séparation », selon le côté où l’on se trouve, sa longueur avoisine les 444 kilomètres. 51,5 kilomètres sont en construction. A terme, lorsqu’il sera terminé, le mur avoisinera les 757 kilomètres. Seulement 62 kilomètres de ce fameux mur ont été réalisés le long de la ligne verte, la frontière qui sépare normalement la Cisjordanie de l’Etat d’Israël. Cela signifie donc que 695 kilomètres du « mur » ont été construits dans les territoires palestiniens. Autant vous dire qu’à moins d’un énorme bouleversement, 2012 ne verra pas naître un Etat Palestinien souverain.

Alain Pirot
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s