Au coeur de Gaza

Publié: octobre 29, 2011 dans Reportages
Tags:, ,

Jerusalem, le 27 octobre 2011.

Gaza, plage de Gaza City, octobre 2011.

Quatre jours de tournage, 3 litres de café, 300 thés chacun, des accidents de la route évités, des enfants, des militants du Hamas et du Fatah, des rappeurs, des jeunes désabusés, des souvenirs de la guerre, des larmes, des immeubles en construction, des appels à la prière, un hidjab porté, des dizaines de gens rencontrés, des shawarma à prendre 10 kilos, des hôtels de luxe, du taboulé vert, des policiers, des prisonniers libérés… Gaza, c’est tout ça et bien plus encore. Difficile de décrire un séjour que nous avions fait tellement de fois dans notre tête et qui s’est avéré complètement différent. Tout était casé, millémétré, pensé et évalué… Mais Gaza s’est avérée complexe et loin des préjugés.

Petit rappel. La bande de Gaza,  c’est avant tout environ 1 600 000 personnes qui vivent sur une bande longue de 41 kilomètres de long. Un million sont des réfugiés. Pour une petite comparaison, il y autant d’habitants en Eure-et-Loir qu’à Gaza City qui est la « capitale » de la bande, plus de 400 000.

 Après la guerre de 1948, la bande passe sous contrôle égyptien. C’est à la suite de la guerre des Six Jours en 1967, qu’elle repasse sous l’égide israélienne. Il faudra attendre 2005 pour qu’Israël retire de force 8000 colons qui y habitaient et travaillaient.

En 2006, les élections législatives palestiniennes sont remportées par le Hamas, un parti islamiste qui s’impose donc face au Fatah, le parti de Mahmoud Abbas, créé par son prédécesseur et décédé en 2004, Yasser Arafat. En juin de la même année, la branche armée du Hamas enlève Guilad Shalit. Suivront de nombreuses opérations militaires israéliennes pour tenter de le récupérer.

En 2007, la bande de Gaza bascule dans la violence. Les militants du Fatah et du Hamas s’affrontent dans des combats très violents pour le contrôle de la bande. Le Hamas prendra le pouvoir par la force, Mahmoud Abbas s’enfuit alors en Cisjordanie où il créé un gouvernement d’urgence. A Gaza, la situation ne s’arrange pas. C’est la mise en place du blocus total. Le Hamas est en effet considéré comme un mouvement terroriste par Israël et la plupart des pays occidentaux. Pour le punir, une seule solution, le rendre responsable d’une situation intenable.

Evidemment les choses ne sont pas aussi simples. A Gaza, le Hamas est parvenu à rétablir la sécurité dans la bande et le blocus ne fait qu’alimenter les systèmes de contrebande et le développement de l’économie des tunnels.

En 2008, la situation s’envenime entre Israël et le Hamas. Des roquettes sont tirées, les raids israéliens se multiplient, les morts s’accumulent. Si une trêve est signée entre les deux parties en juin 2008, elle sera rompue par Israël en novembre 2008…. Israël qui justifie ces attaques par le fait que le Hamas n’ait jamais tenu ses engagements. En décembre 2008, c’est le lancement de l’opération israélienne, Plomb Durci. L’armée bombarde les installations du Hamas, tuant par la même occasion de nombreux Palestiniens. Dans la bande c’est le black-out total. Aucun journaliste n’est autorisé à rentrer sur le territoire depuis début novembre et les deux parties se livrent à une véritable guerre de l’information… Par exemple, les réseaux de téléphonie mobile et de télévision sont piratés par les services israéliens. Le 18 janvier, un cessez-le-feu est décidé par le gouvernement israélien, il est suivi par celui du Hamas quelques heures plus tard. Les deux parties revendiquent la victoire de cette guerre.

Depuis, Gaza commence à se reconstruire. En  2011, pour la première fois Israël et le Hamas sont parvenus à un accord, grâce à la médiation de pays comme l’Allemagne, l’Egypte et la Turquie. Le 18 octobre, après avoir passé 5 ans caché dans la bande de Gaza, Guilad Shalit a retrouvé la liberté. Dans le même temps, Israël s’est engagé à libérer plus de 1000 prisonniers. Le 20 octobre, ce sont 450 d’entre eux qui ont retrouvé la bande de Gaza, la Cisjordanie, la Jordanie, la Turquie…

Et nous c’est dans ce contexte, que nous sommes partis à la rencontre de cette bande énigmatique et de ces Palestiniens.

C.S

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s